Participants de l'atelier à Mbankomo dans la Mefou et Akono.

Formation des personnels de la Santé : Révision des cadres statutaires et réglementaires.

Du 19 au 21 septembre 2022. Le Ministère de la Santé Publique a organisé un atelier à Mbankomo dans la Mefou et Akono sous la coordination de Élisée Eyenga, Directeur des Ressources Humaines.

L’objectif de l’atelier.

Durant ces travaux de trois jours. L’objectif global est d’harmoniser les textes. Afin de les adapter à la réalité du terrain.

Plus explicitement, il était question d’harmoniser avec l’évolution administrative. Le texte N°80-198 du 09 juin 1980. Portant réorganisation des établissements Publics de formation des personnels sanitaires. Et celui N°2001/145 du 03 juillet 2001. Portant statut particulier des fonctionnaires des corps de la Santé

Les décalages observés.

Une analyse situationnelle du système actuel laisse voir un décalage. Entre les textes en vigueur. Et la Pratique sur le terrain, à savoir :

  • Les conditions d’admission dans les Écoles qui ne cadrent plus avec les normes ;
  • L’intégration directe dans le corps des fonctionnaires qui n’est plus pratiquée ;
  • La non prise en compte des établissements privés.

Ainsi que les dispositions de l’organisation du concours, prévues par les textes qui sont caduques.

À côté de ces écarts observés à l’organisation de la formation. Il y en a ceux qui ont trait. Au statut particulier des fonctionnaires de ce corps de métier. Il s’agit de la non prise en compte de certains métiers à l’instar de celui des Sages-femmes. Des Diététiciens. Des psychologues-cliniciens. Pour ne citer que ceux-là.

Les résolutions prises par les intervenants.

Pour remédier à cette situation. Les différents intervenants de la chaîne (Minesup, Minefop, Minfopra, Minesec, Mintss, Minfi. Ainsi que les différentes Associations des Corps de métiers de la santé, les Représentants des Ordres Nationaux associés aux responsables du Minsanté), se sont mis en synergie. Pour arrimer les deux textes au cadre normatif.

Ainsi, il est proposé une prise en compte des établissements privés. Une considération des autres métiers de la Santé. Et un établissement des équivalences entre les diplômes de fin de formation. Et ceux du système Licence Master Doctorat (LMD). Ainsi que les catégories ou grades à la Fonction Publique. Les cas spécifiques étant ceux des cycles de formation BAC+3 et BAC+5. L’harmonisation des textes issus des travaux de Mbankomo va lever les différends. Et remettre les pendules à l’heure.

Facebooktwitterlinkedininstagramflickrfoursquaremail
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.